Enveloppe du bâtiment

Mesures standards

Domaine d’économie:

Bâtiment
Une enveloppe bien isolée et calorifuge garantit le confort, l'absence de dégâts au bâtiment et de faibles coûts énergétiques, car dans ces immeubles le confort est maximal dès 19°C, l’humidité et les moisissures inexistantes. Si l’enveloppe est déficiente et mal isolée, la température ambiante devra être élevée pour assurer une chaleur suffisante, mais l’atmosphère n’y sera jamais vraiment agréable. De plus, les coûts énergétiques seront sensiblement plus élevés; la consommation énergétique grimpe de près de 6% par degré supplémentaire de température ambiante. Dans le tableau ci-dessous, voici quelques précieux conseils, si vous voulez conserver ce degré de température, améliorer et assainir l’enveloppe de votre immeuble.

Contrôle de la conservation de la chaleur

L’isolation est-elle bonne? En guise de comparaison, utiliser les exigences pour un immeuble neuf: exigence selon le type de construction de 16 à 20 cm d’un matériau d’isolation courant (laine minérale).

Dans les combles

Les combles ou les pans du toit sont-ils isolés? Une isolation peut être réalisée ultérieurement; elle est généralement assez bon marché, au prix de Fr. 100.–/m2 environ), si l’accès est facile. Recommandation: 12 cm d’isolation au minimum

A  la cave

Le plafond de la cave et du parking souterrain est-il isolé? (si accès facile, prix de Fr. 75.–/m2 environ). Recommandation: 10 cm d’isolation au minimum

Isolation externe et interne ?

Au cas où les façades présentent des fissures ou des dégâts d’eau et que la couche isolante disponible n’est que de 8 cm, il faudrait compléter l’isolation extérieure de l’enveloppe du bâtiment de manière impeccable. Les frais supplémentaires dus à cette isolation seront amortis dans une période raisonnable.

Si tel n’est pas le cas, l’isolation sera posée à l’intérieur. Pour ce type d’isolation une vérification au niveau de la construction est toutefois indispensable. Le désavantage est évidemment la perte de surfaces utiles et de ponts thermiques (des taches grises pourront apparaître). Unique avantage: les locaux peuvent être assainis et rénovés par étapes successives.

Fenêtres mal isolées

Au cas où les battants des fenêtres sont encore en bon état, le menuisier peut effectuer une rainure dans la feuillure de fenêtre permettant la pose d’un joint (par ex. avec un profil arrondi) dont le prix n’excèdera pas 12.– le m ou 50.– le m2 (surface de la fenêtre).

Attention aux moisissures!

Les pièces ayant de grandes surfaces extérieures insuffisamment isolées sont un terrain fort propice aux moisissures. Une aération régulière pendant la période de chauffage s’impose, particulièrement si elles ne sont pas chauffées entièrement. Dans la mesure du possible, l’humidité relative ne devrait pas excéder 40%. Grâce à cette mesure, le risque d’apparition de moisissures sur des surfaces froides diminue fortement : l’aération doit être suffisante.

Fenêtres anciennes

Remplacement des fenêtres complètement dépassées, dotées d’un vitrage simple ou double (éventuellement munies d’un vieux vitrage d’isolation) et de mauvais cadres.

Fenêtres dotées d’un ancien vitrage d’isolation

Lorsque les fenêtres sont équipées d’une isolation ancienne (valeur U qui permet d’évaluer la déperdition de chaleur, devrait être d’env. 3.0 W/m2K pour double vitrage) dont les cadres sont encore bons et hermétiques, remplacer les vitrages par de nouveaux vitrages isolants à coefficient d’isolation Uverre bas (Uverre = 1.0 W/m2K), dont la déperdition de chaleur est trois fois moins élevée (coûts: Fr. 200 à 300 le m2).

Les anciens triples vitragesdes années 80 seront remplacés par un triple vitrage à coefficient d’isolation Uverre bas (Uverre = 0.6 W/m2K).

Remplacement des fenêtres

Les fenêtres neuves devraient disposer d’un coefficient d’isolation UW ≤ 1.3 W/m2K.

Ceci suppose un vitrage à coefficient d’isolation   Uverre ≤ 1.0 W/m2K et un cadre avec un UF = 1.4 W/m2K.Les meilleures fenêtres atteignent actuellement des valeurs UW de moins de 1.0 W/m2K (minergie). Des triples vitrages isolants devraient disposer d’une perméabilité énergétique totale(g) d’au moins 55%. Ainsi le rayonnement du soleil sera exploité de manière optimale.  Moins le cadre est grand, plus le facteur d’isolation de la fenêtre est élevé (UW), et plus on tirera profit de la lumière du jour et des rayons du soleil.  Coût de fenêtres neuves : de CHF 800 à 1’000.-/m2.

Portes extérieures, tambours

Si l’on veut éviter que le vent ne s’engouffre dans le bâtiment, la stratégie est identique à celle proposée pour les fenêtres.

Pour des portes fréquemment utilisées, il est conseillé d’installer un tambour. Celui-ci ne doit pas être chauffé, il permet cependant d’éviter les courants d’air désagréables. Afin d’assurer un bon fonctionnement, la distance entre les deux portes doit être suffisamment grande et une des deux portes toujours fermée.

Portes automatiques

Porter une attention particulière à la plupart des portes automatiques qui protègent mal des courants d’air.

Les portes tournantes automatiques, par ex. les portes tournantes en verre à déclenchement optique, sont les plus performantes.

Auteurs

  • Bundesamt für Energie
  • Fachhochschule Nordwestschweiz, Institut Energie am Bau
  • Zentrum für Integrale Gebäudetechnik (ZIG) der Hochschule Luzern
  • Swiss Contracting