Energies alternatives

Etudes de cas

Domaine d’économie:

Chauffage
La résidence de vacances Hapimag Belvédère à Interlaken dispose de 104 appartements. Lors de la planification des installations techniques de la maison, terminée en 2002, la société avait à cœur de créer un équilibre raisonnable entre les préoccupations environnementales et économiques. En effet, la branche touristique est fort consciente des atouts majeurs que sont une nature intacte et des collaborateurs locaux.

Description du problème

La résidence de vacances Hapimag Belvédère à Interlaken dispose de 104 appartements ****, de 34 à 72 m2, d’une surface globale de 12'000 m2. Ils sont agrémentés d’un splendide espace de bien-être et de repos et du restaurant « Brasserie Belvédère », propre à la résidence Hapimag et rehaussé d’une magnifique terrasse. Lors de la planification des installations techniques de la maison, terminée en 2002, la société avait à cœur de créer un équilibre raisonnable entre les préoccupations environnementales et économiques. En effet, la branche touristique est fort consciente des atouts majeurs que sont une nature intacte et des collaborateurs locaux.

Solution

Après avoir optimisé l’enveloppe du bâtiment, la priorité a porté sur unegestion technique du bâtimentpeu exigeante en énergie, mais offrant le confort le plus exclusif. La chaleur pour le chauffage provient d’une centrale de production de chaleur à base de copeaux par le réseau de chauffage à distance d‘AVARI AG Interlaken. La centrale fonctionne grâce à du bois et des ouvriers indigènes, ce qui minimise les émissions de CO2.

Analyse coût-bénéfice

Comparaison des coûts pour les différentes variantes de production de chaleurinvestissement Fr.coûts annuels  Fr.coûts externes/an
1) Deux chaudières à mazout280'00084'30060'750
2) Deux chaudières à gaz propane237'000107'00040'500
3) Pompe à chaleur fonctionnement avec l’eau souterraine332'000107'50019'500
4) Centrale de cogénération à gaz propane440'00094'80051'000
5) Centrale de cogénération à mazout540'00081'30065’000
6) Chauffage à distance AVARI (y compris frais uniques de raccordement)260'000122'0000
7) Var.1 + capteurs solaires (40% de la couverture des besoins d’eau chaude386'00095'67046'250

Quelle: Source: beag engineering ag, 16.11.1998 et quelques calculs personnels

Remarques:                   

  • Puissance calorifique 530 kW / besoin d’énergie calorifique 136'500 litres-mazout/an
  • Coûts annuels comprenant: coûts du capital, de l’exploitation et de la consommation ainsi que les indemnisations pour l’injection d’énergie autoproduite
  • Coûts externes: voir remarques dans les données de détail

Description de l'amélioration de la qualité et des avantages

D’ordinaire le mazout est la variante la plus avantageuse pour l‘hôtelier. Les pompes à chaleur, la biomasse et l’énergie solaire représentent par contre les meilleures solutions face aux enjeux environnementaux. Le chauffage à distance ou le contracting semble la solution la plus facile pour l’hôtelier, puisqu’elle n’exige de lui aucune  connaissance technique. Une énergie renouvelable indigène comme le bois génère des emplois locaux, est neutre en CO2 et ; de plus, largement disponible.

Les points à prendre en considération

Lors de l’évaluation des ressources énergétiques, il est indispensable de tenir compte des conditions marginales locales de chaque hôtel en particulier (par exemple la disponibilité, le prix de l’électricité, les taxes de raccordement, le besoin en espace et l’augmentation du prix). Une dépendance aux émissions néfastes à l’environnement à l’emplacement de l’établissement n’existe que pour le chauffage à distance (centrale de chauffage à distance) et que pour l’utilisation de l‘électricité (dépendante du producteur/fournisseur). Une analyse de sensibilité peut montrer quelle sera l’influence du taux d’inflation sur le résultat dans l’évaluation des coûts futurs.

Détails

Variantes

Investissement CHF

Coûts du capital  CHF/a

Coûts d‘exploitation CHF/a

Coûts de consommation CHF/a

Indemnisations pour l’injection d’énergie autoproduite

Coûts annuels  CHF/a

y compris coûts externes CHF/a

1) Chaudière à mazout

280'000

28'800

12'500

43'000

0

84'300

145'050

2) Chaudière à gaz propane

237'000

25'500

14'000

67'500

0

107'000

147'500

3) Pompe à chaleur

332'000

33'000

14'500

60'000

0

107'500

127'000

4) Centrale de cogénération à gaz propane

440'000

45'500

24’000

86'000

-60'700

94'800

145'800

5) Centrale de cogénération à mazout

540'000

55'500

32'000

54'500

-60'700

81'300

146’300

6) Chauffage à distance

260'000

22'000

5'500

94'500

0

122'000

122’000

7) Var.1 + capteurs solaires

386'000

37'070

20'600

38'000

0

95'670

141'920

Remarques:

  • Coût du capital: durée d‘utilisation 15 à 30 ans, intérêt 6 %
  • Coûts de consommation: mazout 37 ct/kg, gaz 5 ct/kWh, électricité 10.1 – 22.4 ct/kWh resp. 10-12 CHF/kWpeak
  • Recette centrale de cogénération: injection dans le réseau 11’700 CHF/a, red. Prix de production 5'000.- CHF/an, économie propres besoins 44'000.- CHF/an, tarif de l’électricité injectée 4.5 – 11.5 ct/kWh
  • Coûts externes: ils mesurent les coûts environnementaux des ressources énergétiques au moyen de suppléments de prix: mazout 4.5 ct/kWh, gaz 3 ct/kWh, bois 1.5 ct./kWh, chauffage à distance renouvelable 0 ct/kWh, électricité 5 ct./kWh

La variante 1 avec deux chaudières à mazout représente la solution la plus avantageuse au point de vue économique, sans prise en compte de la raréfaction du pétrole et de l’augmentation de son prix.  

Le respect de l’environnement est le mieux défendu dans la variante 3 avec la pompe à chaleur, servant accessoirement aux installations de climatisation et de froid.

Le raccordement à un système de chauffage à distance n’exige qu’un espace très restreint, des connaissances minimales pour son exploitation et assure des places de travail locales.

Transposabilité vers d'autres hôtels

Les réalités locorégionales représentent la base de réflexion d’une prise en considération de ressources énergétiques renouvelables ou indigènes : existe-t-il de la chaleur à distance, disponible à proximité, issue du traitement des ordures ou du bois ? Avons-nous assez de locaux pour une installation de chauffage et un local d’entreposage pour un combustible renouvelable sur place ? L’orientation du toit convient-elle à des capteurs solaires permettant la préparation partielle d’eau chaude avec ou sans le renfort du chauffage ?

Auteurs

  • Fachhochschule Nordwestschweiz, Institut Energie am Bau
  • Ingenieurbüro Energie und Umwelt